Mauvaise Fille de Justine Lévy

10/14

10/14

MORT D’UNE MÈRE + AMOUR D’UNE FILLE = CULPABILITÉ D’UNE FEMME

Mauvaise fille - JUSTINE LÉVY

Voilà, l’histoire est contenue dans le titre : Louise vient d’être mère, sa mère vient de mourir et elle est persuadée d’être une mauvaise fille autant qu’une mauvaise mère. Et c’est ça pendant 200 pages, le livre tourne en rond !

Et bon comment être véritablement émue par une narratrice qui pleure la mort de sa mère et la naissance de sa fille alors que on sort de romans comme Trois Femmes Puissantes ou Ce que je sais de Vera Candida qui eux accusent des malheurs du monde bien plus graves ?

On sent cependant du vécu dans cette histoire, un interrogation que chaque femme, à petite échelle, peut se poser au moment de donner la vie, de devenir mère à son tour. Que nous a transmis notre mère, et que transmettrons nous à notre propre fille ?

Le vécu, c’est aussi le fait que ce roman est une auto-fiction : Louise = Justine Lévy. Mais Justine Lévy, la fille de Bernard Henry Lévy, n’est pas une personne qu’il me semble il faille absolument connaître : si elle est comme Louise, elle n’est vraiment pas sûre d’elle, s’apitoie facilement sur elle-même et est un peu nombriliste.

On peut passer à côté de Mauvaise Fille, il y a tant de romans plus intéressants à lire !

Mauvaise Fille

de Justine Lévy

éditions Stock

23 Septembre 2009

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 4 déceptions, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Mauvaise Fille de Justine Lévy

  1. Brize dit :

    Tu pointes avec justesse les limites de l’autofiction, genre qui m’a, pendant très longtemps, tenue éloignée de littérature française, à laquelle j’ai préféré l’anglo-saxonne.

    • constance93 dit :

      toute la littérature française n’est pas auto-fictive : pour ne citer qu’un exemple de la rentrée littéraire, prends Le Club des Incorrigibles Optimistes de Guenassia (que je te conseille vivement) ! Il m’en vient plein d’autres (notamment La Délicatesse de Foenkinos que je conseille aussi à tout le monde) mais je ne vais pas m’étendre, l’article et le livre ne mérite pas d’aussi longs commentaires^^

  2. Canel dit :

    Elle dit des choses justes et fines sur la maladie d’un proche, le deuil, la grossesse, la maternité, mais comme tu dis, comme elle se regarde le nombril !! Sa fausse modestie m’a agacée dans ce livre, j’ai préféré ses deux précédents, même si le côté ‘fille à papa’ capricieuse y est également pénible.

    • constance93 dit :

      oui, elle est vraiment trop tournée sur elle-même ! j’ai même pas ressenti les choses justes qu’elle disait tellement ça me saoulait (et voilà, elle m’a énervé, je parle en langage familier^^) !!!

  3. Canel dit :

    Les comm’ sont faits pour ça : utiliser notre vrai langage, pas celui ‘propre’ qu’on réserve aux billets, mais les tournures familières qu’on emploie à la maison (les gros mots en moins)… 😉

  4. Ping : Tag du Printemps « petites lectures entre amis

  5. Ping : 30 Days Books #11 | petites lectures entre amis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s