L’homme qui m’aimait tout bas de Eric Fottorino

14/14

ENTRE ÉMOTION ET ESPIONNAGE

L’homme qui m’aimait tout bas raconte avec beaucoup d’émotion l’histoire d’Eric Fottorino, l’auteur, avec son père, Michel qui vient de se suicider. Entre bons souvenirs d’émotion partagée (toujours en silence, Michel exprimait son amour pour son fils par ses massages de kinésithérapeute ou par le partage de sa passion, les courses de vélo) et interrogations, culpabilité et incompréhension du fils devant le suicide de son père, le lecteur ne peut qu’être ému.

Mais ces scènes où l’auteur s’adresse à son père, ou même ne s’adresse à personne mais confie de sentiments plus que fort, elles le sont trop : on a l’impression d’espionner les pensées d’un endeuillé, d’un fils de suicidé.

Fottorino profite en plus de l’occasion de confier ses sentiments pour justifier son écriture : il dit écrire pour que chaque personne qui le voudrait puisse connaître son père. Je ne suis pas d’accord. Non, il écrit plutôt pour exprimer remords et souvenirs, se rappeler et comprendre.

En définitive, j’ai trouvé ce livre trop triste et, aussi  étonnant que cela paraisse, trop personnel pour être lu par tous.

L’homme qui m’aimait tout bas

d’Eric Fottorino

éditions Gallimard

17 Avril 2009



Advertisements

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 4 déceptions, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour L’homme qui m’aimait tout bas de Eric Fottorino

  1. levraoueg dit :

    On peut supposer que ce livre touchera plus particulièrement ceux qui ont vécu une histoire similaire !
    Comme je suis en pleine mise à jour de la page du challenge, j’en profite pour te préciser que celui-ci ne compte pas dans le challenge, qui ne comprend que la rentrée de septembre (en fait d’août à octobre)

  2. constance93 dit :

    oui je sais. j’ai aussi rejeté Alias Caracalla. Et tu as raison : a en parlé avec des amis qui l’ont lu, je sais que le vécu de la personne joue énormément dans la lecture de ce livre

  3. noann dit :

    Oui très personnel.
    Je me suis senti un peu étranger à cette histoire
    Malgré tout, l’écriture est belle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s