Reg et le Secret Onirique de Brigitte Burlot

Saga du copié

Reg et le Secret Onirique, second tome de la trilogie Reg de Brigitte Burlot, est, tout autant que le premier, fortement inspiré de la saga jeunesse mondialement célèbre Harry Potter. Nous ne parlons pas du style : la littérature jeunesse semble répondre à des codes qui le rendent uniforme mais attrayant par sa simplicité et prenant. Non, nous parlons du récit lui-même, de l’histoire : Reg est un jeune héros, qui, jusqu’à ce que ses dons lui soient révélés vers ses 11 ans, était martyrisé par une femme qui l’avait recueilli, la machiavélique et brutale directrice d’un orphelinat. Arrivé dans le collège spécial qui semble être le meilleur du monde pour travailler ses dons (de télépathie), il découvre que son père pour s’être opposé à Melfus, le plus grand « télépathe noir » de tous les temps. Il se découvre aussi des talents cachés (comme une grande sensibilité) qui le placent au-dessus des autres élèves et font dire que lui aussi est, comme son père, un grand télépathe. Bien entendu, il vit par la suite des aventures extraordinaires qui le confrontent à Melfus. Plus besoin de vous expliquer le rapprochement avec Harry Potter, n’est-ce-pas ?

Il y a des différences, cependant, et celles-ci donnent à la trilogie une certaine originalité et une certaine richesse. Ainsi, le monde de Reg et de ses amis n’est pas en total décalage avec « le monde normal » : Reg va maintenir ses liens d’enfance avec les non-télépathes et les télépathes sont intégrés à la société. Ou alors les personnages, à peu près du même nombre que dans Harry Potter mais avec en plus le même genre de fonction (directeur-guide, prof, traître , ami, plus jeune admiratif devant Reg…), semblent tous avoir un rôle plus important que dans l’autre saga. Et bien d’autres….

Bref, si Reg et Harry Potter appartiennent au même univers du fantastique jeunesse, ils sont deux mondes différents malgré leurs ressemblances. Une bien sympathique saga jeunesse.

Reg et le secret onirique

de Brigitte Burlot

éditions Artus Fébur

1e Janvier 2007

A propos Constance

Enseignante, j'aime tout autant la littérature ado / jeune adulte que la littérature contemporaine et la bande-dessinée. J'ai souvent tendance à lire des textes écrits en français, mais je fais parfois des incursions vers de la littérature anglophone ou des traductions pour les autres langues.
Cet article, publié dans 4 déceptions, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s