Antoine et Isabelle de Vincent Borel

2/7

.

.

.

Traversée du XXe siècle

Antoine et Isabelle, dernier roman de Vincent Borel, retrace la vie des deux grand-parents de l’auteur, de leur arrivée à Barcelone au début du XXe siècle à leur naturalisation française à la fin du même siècle. Récit chronologique traversant tout le siècle passé, le livre semble jongler entre le roman et la réalité.

Il peut en effet apparaître au début comme un récit de la vie de ses deux grand-parents, Antonio et Isabel Vives. Mais un autre destin, celui de la famille Gillet, l’opposée de celle d’Antoine et Isabelle, vient contrebalancer l’intimité du récit familial. Celle-ci est composé d’industriels lyonnais enrichis par les conflits mondiaux et dans l’air du temps : capitalistes, collaborateurs, ouvert aux échanges économiques internationaux et reconverti dans la chimie. Ils ont tous existé, mais par les relations ténues qui sont faites entre eux dans le roman, ils sont romancés. Nous ne sommes plus dans la réalité pure.

A l’aube du XXIe siècle, dans le prologue, ce sont leurs héritiers, mi-fictifs, mi-réels, qui parlent : l’un, Florian, a des propos négationnistes, tandis que l’autre évoque son grand-père déporté à Mathausen. L’occasion pour cet homme de réécrire l’histoire de son grand-père pour lutter contre l’oubli. Un travail qui lui pendra presque dix ans, comme le souligne les dernières pages du livre, dans lequel le narrateur du début reprend la parole pour clore le récit.

Le coeur du récit s’alterne entre l’histoire des deux familles, très claire, très ordonnée, toujours chronologique. On traverse le XXe siècle comme on aurait pu traverser n’importe quel siècle : sans vagues, sans doutes, sans remises en question de la réalité. Vincent Borel, à travers l’histoire de son grand-père et celle d’industriels lyonnais, retrace l’histoire chaotique dans une clarté époustouflante. Les deux « mondes » reflètent une réalité, sans l’embellir mais en la rendant tout de même passionnante, peut-être grâce aux liens ténus  et à peine visibles entre les deux familles (la peur de ce que chacune représente pour l’autre : le communisme et le capitalisme, la puissance du peuple et la puissance de l’argent ; les échos d’une histoire chez l’autre, de la montée de la République en Espagne à la production de Zyklon B pour le camp de Mathausen dans lequel Antoine est incarcéré…).

On est gêné cependant face à cette clarté. Tout est-il aussi simple ? Peut-on traverser le XXe siècle sans montrer les questions, les chocs, les changements qui s’y sont opérés, non pas à l’extérieur, mais dans la conscience collective ? Dans Antoine et Isabelle, il manque cette incertitude, si présente dans notre vision du XXe siècle.

L’autre manque est celui du travail d’écriture. Tant dans la construction du récit que dans le style d’écriture, il manque une recherche, un travail plus poussé. Les descriptions des lieux sont sûrement très fidèles à la réalité, de même que les évènements historiques s’enchaînent dans un ordre parfait,  sans anachronisme, mais les personnages manquent d’une certaine profondeur. Et, bien que le récit soit clair et ordonné et que la langue soit belle et simple, le lecteur reste en marge. Vincent Borel ne lui a pas laissé de place dans son grand récit et ses doutes face au passé sont ignorés, totalement absents du paysage.

Dommage…

Antoine et Isabelle

de Vincent Borel

ed Sabine Wespieser

23 Août 2010

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 4 déceptions, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Antoine et Isabelle de Vincent Borel

  1. Gwenaëlle dit :

    Je vois que nos avis se rejoignent… Manque de profondeur pour toi, des personnages en 2D pour moi… C’est vrai, on lit ce livre mais on reste en dehors, un peu comme si on lisait un manuel d’histoire…

  2. Emma dit :

    Ah… dommage, ce livre m’attirait. Maintenant, je n’ai plus trop envie de m’y plonger… J’attendrai un prochain billet… 🙂

    • constance93 dit :

      mon avis ne doit pas te démotiver ! si tu as envie de le lire, vas-y pour te faire ta propre idée de lui. moi, j’ai été franchement déçue et je le montre dans mon billet, mais ce n’est pas dit que tout le monde soit dans le même cas 😛
      enfin bon, si je t’ai vraiment démotivée, mieux vaut en effet que tu attendes 😉

  3. Ping : Lectures d’automne | petites lectures entre amis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s