Naissance d’un pont de Maylis de Kerangal

4/10

.

.

.

Projet colossal pour complexité maximum au coeur de la naissance d’un pont

Dernier roman de Maylis de Kerangal, auteur déjà reconnue pour la beauté et la singularité de sa plume, Naissance d’un pont est un roman ambitieux cherchant, à travers la naissance fictive d’un pont dans une ville modeste et équatoriale des USA, à reconstituer la vie et l’intimité d’une dizaine de personnages.

A travers la vie de ses personnages, c’est tout de même la construction du pont qui est évoquée. Le pont est à la fois le ciment qui lit les personnages et le coeur de l’intrigue. Maylis de Kerangal n’hésite pas à montrer la réalité de la réalisation d’un tel projet : conflits, sabotages, mégalomanie, non-respect de la nature et de certaines populations, déshumanisation des employés (« le pont se construisait, les hommes et les femmes du chantier ne levaient plus la tête mais travaillaient ramasser sur les gestes à faire, s’acquittant chaque jour des quotas de m², de m3 et de tonnes requis sur les tableaux »)… Tout est inclut dans le récit, parfois de manière quelque peu superficielle ou artificielle. On a l’impression que le pont devient l’excuse à un récit mais que l’auteur ne veut pas non plus le délaisser.

Les personnages, nombreux, sont quant à eux censé être le reflet de toutes les sortes de personnes qui peuvent se rencontrer sur un chantier : chef de projet, ingénieurs, ouvriers sans qualification, émigrés de tous les pays, architecte, figures politiques… Le temps de la construction du pont, les solitudes vont se rejoindre pour former « une multitude [qui ] s’avance vers Coca tandis qu’une multitude l’escorte, flux sonore, épais ». Certaines figures vont se détacher de la cohorte, toutes destinées à croiser leur chemin plus ou moins fugacement. Nous rentrons dans leur intimité, découvrons leurs pensées et leur passé, leurs difficultés et leurs interrogations. Les portraits sont très bien réalisés, tout en subtilité et douceur, avec intelligence et talent, de même que les changements de point de vue, rendus très clairs sans être violents, mais le nombre de personnages prête à confusion : nous ne savons plus quels sont vraiment les liens qui, en dehors du pont les relient (ils ne sont d’ailleurs que très rarement explicités), quelle est la véritable identité et le statut de chacun (qui en plus sont amenés à évoluer au fil du récit). Nous vivons leurs émotions, données dans une langue poétique qui sait approcher la réalité par des voies indirectes : « et bientôt les vitres de la cabine se couvrent de buée, le gaz carbonique qu’ils expriment et l’effet Joule de leurs corps nus les enclavent dans une vapeur de sauna, nuée de condensation qui les soustraits au regard des hiboux, chauves-souris et papillons de nuit, à celui des aviateurs et des adolescents qui glandent la nuit sur les toits des buildings », retour en arrière dans des souvenirs, projection dans le temps… Pour nous retranscrire au mieux leurs âmes, Maylis de Kerangal n’a pas hésité à aller chercher la complexité.

Ce qui surprend également dans ce livre par son ampleur, son travail et sa précision : l’écriture. D’une apparente simplicité, les mots deviennent difficiles, parfois inaccessibles mais toujours insérés dans des phrases – longues – très sinueuses et fines en même temps. Dans son récit, Maylis de Kerangal nous a montré la complexité et la finesse d’un pont ainsi que la précision de sa construction mais elle a surtout révélé que son travail à elle également relevait d’une mécanique de précision pour atteindre son but ambitieux : un équilibre entre œuvre (architectural : le pont ; et littéraire : le roman) et humanité (l’approche des personnages). Un projet colossal aux buts sûrement atteints : seulement dommage que sa complexité nous le rendent parfois inaccessible, surtout aux jeunes lecteurs dont je fais partie…

Naissance d’un pont

de Maylis de Kerangal

ed Verticales

26 Août 2010

.

d’autres avis de lycéens ?

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 3 partagés, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Naissance d’un pont de Maylis de Kerangal

  1. Gwenaëlle dit :

    Désolée mais le sujet ne m’intéresse pas du tout du tout… Même si l’écriture est belle et le projet ambitieux.

    • constance93 dit :

      c’est le commentaire que j’attendais 😉
      je n’ai pas croché avec ce livre malgré les qualités que j’y ai vu et dont je parle : trop inaccessible dans sa globalité :/

  2. gambadou dit :

    et bien un que je vais passer avec plaisir !

  3. Nathalia dit :

    oui j’ai croisé Maylis de Kérangal au forum du livre dur la place à nancy, elle est très sympathique mais lors du forum littéraire je ne l’ai pas trouvé convaincante sur ce roman…Je zappe et ton avis rejoint completement celui de mon libraire.

  4. Valerie dit :

    Je n’ai pas aime non plus mais je pense que l’auteure a du talent et je pense même qu’elle pourrait bien avoir le Goncourt. Décidément, ces hitoires de ponts ne me réussissent pas!

  5. Ping : Lectures d’automne | petites lectures entre amis

  6. POUSSE antoine dit :

    ancien responsable de chantier, je pensais me régaler, je me suis profondément ennuyé , emploie mal connu de l’argo des ouvriers, histoire cahotante entre le chantier et la vie privée des ouvriers on situe mal le vrai sujet du livre, j’attendais autre chose, je suis déçu, elle aurait du s’entouré de personnes compétentes ,dans l’edification d’un pont il y a de la matière pour écrire un superbe roman, elle est passée à coté

    • constance93 dit :

      merci du témoignage, c’est intéressant le point de vue d’une personne qui connaît la « réalité » dont Maylis de Kerangal parle : on voit à quel point elle a pu la trafiquer. ce « trafiquage », qui marche plutôt bien avec les ignorants, est peut-être tout de même un tour de force : il marche avec certains. il n’empêche que le livre reste moyen car trop inaccessible (comme tu le dis : on situe mal le sujet du livre)

    • Vlad dit :

      C’est un point de vue qui se respecte : sans doute l’auteur est-elle passée à côté du sujet mais vous, vous êtes passé à côté du Bescherelle ou de tout autre ouvrage qui vous apprendrait que l’on n’écrit pas :
      « elle aurait du s’entourer » mais : « elle aurait dû s’entourer ».
      Attention, la langue est un bien précieux qu’il ne faut pas bafouer.

  7. r1 dit :

    Je suis très admiratif de votre post sur ce roman d’une part, et votre blog en général d’autre part.
    Bravo, continuez !

    (Voilà, c’est tout.)

    • constance93 dit :

      merci beaucoup 🙂
      je suis allée découvrir votre blog : très sympa, ça donne presque envie d’acheter votre livre (mais c’est vrai que 18€, c’est cher, surtout pour une lycéenne :/ ). mais je vous ai laissé un commentaire sur votre article sur Naissance d’un Pont, où je parle un peu plus.
      à bientôt

  8. Polenn dit :

    Ah Non !!

    Il n’y a que des avis négatifs sur ce livre… sur ce blog. Je vais donc réparer cela;
    car personnellement, j’ai beaucoup aimé ce livre, et c’est justement ce qui vous a déplu qui m’a séduit: le style, et quel style: il est unique, puissant, fluide, et possède une force évocatrice …
    Seul bémol, effectivement la trame du récit est un peu légère, on peut parfois penser que ce pont n’est qu’un prétexte à écrire.
    Je ne reviens pas sur les commentaires d’Antoine, l’intérêt du livre n’est pas là, il pourra surement trouver des livres spécialises (Pierre Perret je crois en a écrit un)

    Bref, pour moi, c’est vraiment un livre à lire, il faut le lire pour se faire une idée.

    • constance93 dit :

      mon avis n’est pas si négatif : je reconnais la richesse de la langue, le style très puissant de l’auteur ainsi que son talent en général, je dis seulement que je n’ai pas été séduite parce que ce résultat, très bon, m’est apparu également comme extrêmement complexe.

      merci pour ton commentaire dans tous les cas : on voit que c’est un coup de coeur ! et tu parles très bien de cet ouvrage 🙂

      juste une question cependant : tu n’as pas de blog ? tu serais douée pour écrire des billets sur tes lectures, et tu aurais au moins une lectrice fidèle au démarrage 😉

  9. Ping : Compte-rendu – Mon salon du livre de Paris, 19 & 20 mars 2011 | petites lectures entre amis

  10. Ping : Corniche Kennedy de Maylis de Kerangal | petites lectures entre amis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s