La Carte et le Territoire de Michel Houellebecq

12/14

.

.

.

Platitude à toute échelle

Roman-évènement de la rentrée, entre les critiques dithyrambiques et des accusations infondées de plagiat… de wikipédia, La Carte et le Territoire intéresse avant d’être lu. Après, ça reste à voir.

L’intrigue n’a en effet rien de passionnante : Jed Martin est un artiste partagé entre des histoires amoureuses sans suite, un père vieillissant et ses activités artistiques changeantes. L’origine de son succès vient de ses photographies de carte Michelin qui s’intitule « la carte est plus intéressante que le territoire ». Cette réplique, qui donne son titre, à l’ouvrage, interpelle quelque peu : on peut y voir comme une affirmation artistique de l’auteur comme quoi la représentation est plus importante que le réel. On pense vaguement à « l’oeuvre » – le mot est grand – que nous sommes en train de lire. Mais on ne s’y arrête pas. Notre artiste préfère passer à autre chose : la peinture des différentes activités du monde contemporain. Pour rédiger le texte de son catalogue, il fait appel à Michel Houellebecq.

L’écrivain – le vrai – se met en scène dans son propre récit. Rien d’original derrière cela, il semble que ce soit la mode ces dernières années, spécialement chez lui, excepté peut-être qu’il s’y montre dépressif, alcoolique dans les mauvaises périodes, un peu fou et finalement salement assassiné. Quoique, la fausse modestie ou l’auto-critique, c’est aussi à la mode en ce moment.

Après l’assassinat, on peut s’attendre aux rebondissements d’une enquête policière. Bon, cela ne concernerait que le dernier tiers du livre, mais après, ça rattraperait un peu le reste, assommant de platitude tant dans la forme que dans le fond. Oui, vous avez compris : une histoire ennuyante, avec un personnage principal neutre, comme détaché de la vie , servie sur un plateau d’absence de style (effet recherché, je sais, mais tout de même ! ). Mais bon, une enquête policière dont vous devinez la fin dès les premières lignes et où la seule chose qui vous fait sourire est que la scène de crime soit comparée à un tableau de Pollock, avouez que ce n’est pas plus passionnant.

Bref, peut-être que c’est par esprit d’opposition ou par manque de maturité (les deux pouvant être intimement liés), mais je n’ai absolument pas aimé le futur prix Goncourt (confirmation demain : on parie ? ).

La carte et le territoire

de Michel Houellebecq

ed Flammarion

3 septembre 2010

Merci à PriceMinister pour ce livre

Advertisements

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 4 déceptions, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

35 commentaires pour La Carte et le Territoire de Michel Houellebecq

  1. Françoise dit :

    Je te rassure, tu n’es pas la seule à avoir cet avis! Des critiques qu’on ne peut pas accuser de manquer de maturité sont de ton avis.
    Quand à moi, c’est bien simple, je ne le lirai pas (enfin, je ne pense pas mais il ne faut jamais dire « Fontaine je ne boirai pas de ton eau »!)
    Bonne soirée

    • constance93 dit :

      je pense en effet que tu peux passer à côté 😉
      merci pour ton commentaire, ça fait toujours plaisir de s’entendre dire que d’autres ont le même avis et que l’on a sûrement pas tort 🙂

  2. Yspaddaden dit :

    Entre Despente et Houellebecq, il n’y a qu’à pleurer si c’est tout ce que la littérature française a à mettre en avant en cette rentrée…

  3. Dominique dit :

    La littérature française contemporaine me tombe un peu des mains, je suis un peu comme Ys qui aime bien aller lire ailleurs, quand on lit des romans étrangers où l’ampleur du récit emporte (Purge, la bascule du souffle et bien d’autres) on se retrouve en atmosphère plus qu’étriquée en France
    j’ai lu le premier roman de ce monsieur et plus rien depuis car je ne veux pas perdre mon temps
    Voilà c’était mon coup de gueule du lundi matin
    je vous invite plutôt à être ce soir sur Arte pour la soirée Tolstoi : là oui il y a du talent

  4. Emma dit :

    Tiens, je préfère encore lire mon atlas plutôt que La carte et le territoire… c’est dire! 🙂

  5. Françoise dit :

    Je voudrais compléter mon commentaire d’hier en te signalant la critique de Pierre Maury sur son blog: http://journallecteur.blogspot.com/2010/11/michel-houellebecq-le-jour-de-gloire.html
    Maury est critique littéraire dans un des principaux journaux nationaux belges francophones, Le Soir. C’est lui qui a créé la revue en ligne « C’est dans la poche »: http://journallecteur.blogspot.com/2010/11/cest-dans-la-poche-le-numero-2-est.html
    Bonnes lectures…

    • constance93 dit :

      merci pour les liens, je regarderai la revue ce soir (quand je serais rentré chez moi : pour l’instant, lycée et dissertation de philosophie 😛 )
      la critique aussi : mon académie a la facheuse tendance de bloquer l’accès à plusieurs sites très intéressants :/

  6. Seb dit :

    Bon ben tu avais raison… Et moi j’avais tort. Au départ, je me suis dit « ah ! quel jeu médiatique, sa maladie, le fait qu’il se soit calmé, tout ça pour le Goncourt ! » et j’étais persuadé qu’il l’aurait. Et au fur et à mesure, j’ai prié sur Mathias Enard, et sur le Renaudot pour Houellebecq.
    Et ben c’est raté, Houellebecq enfin couronné d’un prix qu’il ne mérite apparemment pas, Despentes du Renaudot, et Enard de rien du tout…
    Oui, Yspaddaden, si la littérature française n’a plus que ça à nous offrir, on peut commencer à pleurer…

    • constance93 dit :

      Enard de rien du tout, ça m’attriste aussi. c’était mon préféré de la sélection… 😥
      j’ai préféré le Despentes au Houellebecq.
      il en reste encore quelques-uns des prix, les équivalents lycéens déjà (goncourt des lycéens, renaudot des lycéens…). souhaitons lui le meilleur 😉

  7. Nathalia dit :

    Moi j’aurais préféré que le prix revienne à un auteur plutot qu’à une maison d’éditions, pour ses ventes de livres. Enard étant mon favori, j’ai esperé que ce ne soit pas Houellebecq…mais bon. Je précise ne pas avoir lu Houellebecq.
    Pour la qualité des romans, je suis moins critique : les écrivains à toute époque ont été controversés à partir du moment ou leur regard sur la société n’étaient pas bienvaillants. Pour ma part je trouve le regard de Despentes lucide sur la condition féminine dans notre société et le roman de Maylis de Kerangal aborde habilement la mondialisation de l’emploi et la précarité liée à l’emploi dans le secteur du batiment entre autre. Mais bien sur chacun à sa grille de lecture, et c’est vraiment agréable de pouvoir échanger là dessus. à travers les blogs

    Quant à Houellebecq il va pouvoir s’acheter un GPS (c’est pas de moi)

    • constance93 dit :

      Despentes a un regard lucide sur la société, de Kerangal a un regard lucide sur la société, Houellebecq… peut-être, mais dans ce cas là il a appris fermer sa g***, et c’est bien dommage.

      le Goncourt n’a aucun sens : les jurés sont des écrivains actuels édités dans différentes grandes maisons d’édition, ils dépendent totalement d’elles et le prix ressemble plus à un concours entre maisons d’édition qui se chamaillent en secret pour savoir qui aura les 400.000 ventes supplémentaires dues à la réception du prix. enfin, c’est ce qu’on imagine facilement, surtout quand on entend que le lauréat de cette année a été élu en 1min29sec… ^^

  8. Anne dit :

    Ouh la la tu me confortes dans ma « absolument-pas-envie-de-m’approcher-de-ce-monsieur »… C’est^un peu lapidaire, je sais, mais… Et il l’a eu le Goncourt ! Avec une joie tout intérieure…

    • constance93 dit :

      je crois que c’est une bonne idée de ne pas s’approcher de cet auteur. quoique, paraît-il que quelques-uns des ses anciens livres en balance question critique de la société. paraît-il qu’il se serait « ramolli » pour obtenir le Goncourt… n’empêche que ça a marché 😉

  9. Noukette dit :

    Youpi, un avis qui se rapproche du mien, ouf ! Il était temps, maintenant qu’il a eu le Goncourt, les éloges vont pleuvoir… Moi il m’a horripilée, et le mot est faible ! Mais j’ai tenu bon, jusqu’au bout ! Je me demande encore comment j’ai fait ! 😉

    • constance93 dit :

      sans en être arrivée jusque-là, ce livre m’a tout simplement ennuyée ; il m’a semblé plat et vide…
      et en effet, j’ai bien peur que les éloges pleuvent maintenant sur ce livre à cause du prix Goncourt :/ mais bon, on peut aussi espérer que s’il ramènera automatiquement plus de lecteurs, plus de déçus pourront pointé le bout de leur nez 😉 à voir.
      je file découvrir ton blog, à bientôt !

  10. Françoise dit :

    Tu dois être contente: C’est Mathias Enard qui a le Goncourt des lycéens!

    • constance93 dit :

      oui, je suis super heureuse 😀 😀 😀
      c’est plus que mérité à mon avis 😉
      j’ai publié un billet pour l’annoncer, mais seulement aujourd’hui : hier soir, problème de connexion (le fil de téléphone coupé par un peuplier…).

  11. gambadou dit :

    Complètement d’accord avec toi, aucune aspérité dans ce roman qui ne mérite pas ce prix

    • constance93 dit :

      🙂 contente de trouver des gens du même avis 🙂
      je te recommande par contre le prix Goncourt des Lycéens si tu ne l’as pas encore lu : Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants de Mathias Enard. Tu verras que les jeunes ont fait un choix bien plus sage que celui de leurs aînés 😉

  12. DF dit :

    Bonjour Constance!

    Rien à voir, mais je viens de te taguer! C’est ici:

    http://fattorius.over-blog.com/article-tag-des-quinze-60647825.html

    Bien du plaisir! Et à te relire…

  13. emeraude dit :

    Je suis de celle qui ont aimé la carte et le territoire et qui sont très contente qu’il ait eu le goncourt (très contente aussi pour Enard, quand à Despentes, j’ai trouvé ça sympa sans plus. Mais en général, je trouve souvent les Renaudot sympa sans plus!)
    Et j’ai aimé justement pour sa vision de notre société mais surtout pour sa vision de l’art contemporain, parce qu’il arrive à faire dire grâce aux tableaux de son personnage. C’est incroyable quand même qu’il ait réussi à écrire des tableaux d’art contemporain qu’on arrive très bien à imaginer et qu’on a, surtout, très envie de voir de ses propres yeux.
    Après, je comprends qu’on puisse ne pas aimer.
    Et je suis entièrement pour la littérature étrangère. Je trouve que cela apporte bien plus de choses, en plus de nous faire voyager.
    Je te conseille vivement « Purge » dont quelqu’un a déjà parlé dans les commentaires.

    • constance93 dit :

      les oeuvres d’art que dépeint houellebecq ne m’ont absolument pas attirées : la recherche d’objectivité, sérieusement ? l’art contemporain n’a pas d’intérêt à mon avis à aller vers une objectivité inaccessible. les tableaux, je les imaginais, mais ce n’est pas pour ça que je leur trouvais de véritables qualités. tels que certains étaient décrits, j’ai pensé un moment aux Ambassadeurs de Holbein, un peintre hollandais du XVIIe siècle. si ce tableau est une pure oeuvre d’art, faire refaire la même chose à un personnage avec des personnes de notre temps ne me paraît pas révolutionnaire ou intéressant.

      mais je comprend qu’on puisse aimer 😉

      tu es la énième personne à me conseiller Purge : je note 😉

  14. Ping : Lectures d’automne | petites lectures entre amis

  15. sophie57 dit :

    ah la la moi qui suis une inconditionnelle de Houellebecq depuis son premier roman(je n’ai pas attendu le goncourt pour cela), je me sens bien seule!du coup je ne vous conseillerai pas d’aller voir mon billet!mais Houellebecq a un univers et un style bien à lui, je comprends tout à fait qu’on n’adhère pas!en tout cas je m’abonne à ta newsletter, ton blog me plaît bien(j’essaierai d’y revenir plus lonhuement…)

    • constance93 dit :

      tu te sens bien seule avec tous les critiques littéraires et les académiciens Goncourt derrière toi ? 😛
      et je vais quand même aller voir ton billet, qui est sûrement plus emprunt de sincérité que tous ces critiques qui ont joué au mouton les uns après les autres pour ne pas aller contre l’avis général du milieu littéraire 😉

      je me suis abonnée à la tienne tout à l’heure 😉

  16. Yv dit :

    Je ne réussis pas à comprendre pourquoi on récompense ce type d’auteurs qui n’ont rien à dire et qui sont tellement à la mode qu’ils seront démodés dans quelques années. J’évite autant que je peux !

  17. Whouah ! Tu t’étais attaqué à gros ! En tout cas tu confirmes ma résolution de ne pas le lire. Je me méfie généralement des prix, je suis souvent déçue (ex: »Purge »).

    Bonne nouvelle année ! Et joyeuses nouvelles lectures ! ^^

    • constance93 dit :

      oui, bonne idée de ne pas le lire 😀
      il y a un prix seul auquel tu dois t’attaquer cette année c’est le prix Goncourt des Lycéens : Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants de Mathias Enard !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s