Le testament d’Olympe de Chantal Thomas

14/14

.

.

.

Épopéeféminine dans le siècle de Louis XV

Entre Histoire, romance et engagement féministe, Chantal Thomas nous plonge avec Le Testament d’Olympe dans l’histoire d’un siècle dont elle est spécialiste : le XVIIIe. Nous sommes sous Louis XV, souverain désabusé installé à Versailles, figure inconnue du bas-peuple des provinces. Nous sommes aussi à Bordeaux, dans une famille religieuse à l’extrême où la bourgeoisie a laissé place à la misère de la Providence. Là-bas, deux sœurs vivent difficilement de rêves et d’échappés, la maigre soupe du repas ne leur fournissant pas grand chose.

La première, Appoline, cadette de la famille en admiration devant l’aînée Ursule, jeune rebelle ambitieuse qui rêve de monter sur les planches et d’être autonome, va être soumise à l’autorité du père et conduite dans un couvent modeste, pour être sous la domination de l’Eglise. Là est le destin possible d’une femme pauvre au XVIIIe siècle. Un mariage sans apparat et sans amour est une autre option.

C’est d’une manière toute simple qui frise l’élégance discrète que Chantal Thomas nous raconte l’horreur au féminin des jeunes filles de basse extraction de son temps. C’est de manière tout aussi élégante mais un peu moins discrète, avec des descriptions enjolivées et des péripéties au milieu d’un monde doré, qu’elle nous fait part du destin d’Ursule. Celle-ci à refuser de se soumettre à l’autorité paternelle et s’est enfuit à la première occasion, mais hélas uniquement pour tomber sous la domination d’un autre homme, plus puissant et beau : le duc de Richelieu. Tout d’abord confidente du secrétaire du duc, plus ou moins égale à un chien, elle se hisse au niveau du duc lorsqu’il retourne à Paris. Elle est devenue une « fille de Richelieu », en attendant que celui-ci lui impose un destin qu’elle espère de haute envergure. C’est maîtresse du roi qu’elle deviendra. Soumise à son bon vouloir, elle devient sa favorite après la Pompadour. D’amour ou d’ambition, la jeune fille devient de plus en plus exigeante avec ce roi désabusé, obsédé par le sexe, la mort et la religion tout en se réfugiant dans une vie de plaisir. Une vie en prison dorée, voilà le destin des femmes qui se sont hissées en haut de la société. Une vie qui ne tient qu’au bon vouloir des hommes également.

Entre ces deux destins brisés, c’est toute la considération des femmes au XVIIIe siècle qui nous est révélée. L’horreur au féminin, la vie de prison en prison et d’espoir en désillusions. La fiction sert admirablement bien ce but : à la fois flamboyante et neutre, pleine de vie et de réalité, elle a offert la possibilité à l’auteur de nous plonger dans un passé crédible, mieux, une réalité historique, tout en nous offrant une intrigue romanesque des plus passionnantes. On se demande si la fiction est au service de l’Histoire ou l’Histoire au service de la fiction. Les deux se complètent pour former un roman émouvant et intéressant. Tout y est dit : la cruauté de la Providence, le malheur des femmes, l’arrogance des hommes, la splendeur sordide. C’est plein de grâce et de glace. C’est l’époque où tout étincelle et pue, à commencer par les Puissants.

Le Testament d’Olympe

de Chantal Thomas

ed Seuil

2 Septembre 2010

Advertisements

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 2 bien, bien, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Le testament d’Olympe de Chantal Thomas

  1. Ping : Lectures d’automne | petites lectures entre amis

  2. Anne dit :

    Quel beau billet ! Cela donne envie, Constance ! (Quand je t’ai écrit il y a quelques jours « billet fouillé », cela ne veut pas dire désordonné mais travaillé en profondeur – peut-être un belgicisme ?? ;-))

  3. Gwenaëlle dit :

    Déjà repéré ailleurs… mais je dois dire que ton billet ranime mon envie de le lire! 🙂

  4. gambadou dit :

    moi qui aime lire des livres qui nous apprennent quelque chose, je note

  5. zazy dit :

    Un bon livre qui fait rimer Histoire avec histoires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s