L’étrange histoire de Benjamin Button de F.Scott Fitzgerald

Le livre :

La nouvelle fantastique de F.Scott Fitzgerald publiée en 1922 dans le recueil Tales of the jazz age, mondialement connue depuis la sortie de l’adaptation cinématographique avec Brad Pitt, est surprenante en bien des points.

D’une part, elle ne fait qu’une cinquantaine de pages : certes, pour une nouvelle, c’est long, mais quand nous savons que le film dure environ 3h, la taille de la nouvelle surprend. Elle se lit très facilement, l’écriture de F.Scott Fitzgerald est très fluide, sans fioritures inutiles. Il y a très peu de descriptions et les années passent vite, très vite. La plupart du temps, elles sont regroupées par tranche d’âge.

L’originalité de cette nouvelle, connue hélas avant grâce aux échos du film que j’ai pu entendre, est qu’elle raconte l’histoire d’un homme… né vieillard. Au fur et à mesure des années, il rajeunit petit à petit. Certaines scènes seront très drôles, mais d’autres vireront au tragique, avec la peur et le rejet que le personnage, Benjamin Button, lit dans l’attitude de ses proches.

Si l’ensemble de la nouvelle est plutôt plaisant à lire, j’ai parfois eu l’impression que l’auteur passait par dessus les difficultés : par exemple, les personnes qu’ils rencontrent ne se souviennent jamais de lui par la suite ou ne remarquent pas son rajeunissement, ou alors très rarement, et sans que cela choque plus que cela, excepté dans sa famille, autant par ses parents que par son épouse et son fils.

Un petit moment de plaisir. J’appréhende un peu le film : si la nouvelle m’a paru très brève et peu développée, il ne m’a pas semblé pour autant qu’il y avait matière à un film de 3h sans aucun ennui…

Le film :

Si la nouvelle se lit en 20 minutes, le film, lui, dure presque 3h. Comment une histoire aussi courte a-t-elle pu être allongée à ce point à l’écran ? Tout simplement parce que le réalisateur a fait le choix de développer tous ces petits moments de vie que F.Scott Fitzgerald a fait le choix de juste évoquer.

Il s’est aussi détaché de l’histoire en bien des points. Si le personnage filmique de Benjamin Button ressemble à peu près au personnage de la nouvelle, les personnes qui l’entourent sont bien différentes. Au début du film, sa mère meure et son père se débarrasse de lui parce qu’il a peur d’élever un monstre. Sa mère adoptive dirige un foyer de personnes âgés où le vieillard rajeunit doucement au fur et à mesure que ces congénères disparaissent. Par la suite, sa vie est tout aussi mouvementée que dans la nouvelle, et l’on retrouve même quelques épisodes communs à la nouvelle, comme la guerre, la gérance d’une entreprise importante…

Ce qui a surtout été rajouté, c’est une histoire d’amour comme seul les films hollywoodiens peuvent offrir. Benjamin Button, vieillard, tombe en effet amoureux de Daisy, une enfant à l’époque. D’abord amis d’enfance, les deux personnages vont être de plus en plus amoureux, au fur et à mesure que le temps les rapprochera en âge, Daisy vieillissant, Benjamin rajeunissant.

La narration, présente dans le film, est très différente de celle du récit : c’est la voix de Benjamin qui raconte son histoire grâce à un journal que la fille de Daisy lit alors qu’elle est sur le lit de mort de sa mère, au milieu du cyclone Katrina.

Conclusion :

Je ne sais pas ce que j’ai préféré entre la forme très brève de la nouvelle et la forme un peu trop longue du film, mais je sais que j’ai apprécié les deux.

Les ajouts faits dans le film sont intéressants : ils rallongent intelligemment l’histoire pour lui donner de la « consistance » et apportent des éléments romantiques et sentimentaux plus proche des attentes actuelles.

La nouvelle a par contre l’avantage de se lire vite et d’avoir quelque chose d’intemporel : je pense qu’il est possible de l’avoir apprécié il y a une cinquantaine d’années et de l’apprécier encore pendant encore un moment.

Pour finir : pour une fois, je ne suis pas trop déçue par une adaptation filmique d’un livre, alors on peut dire que le bilan est plutôt positif.

.

Juste à temps avant la fin de l’année, je respecte mon challenge

Advertisements

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 2 bien, bien, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour L’étrange histoire de Benjamin Button de F.Scott Fitzgerald

  1. Seb dit :

    J’ai également été surpris par la différence entre 40 pages et 3h de films, autant la nouvelle survole beaucoup trop tout ce qu’on s’attend à voir développer par Fitzgerald, surtout pour une histoire aussi originale ; autant le film est d’un ennui à mourir ! Avant de me faire taper (^^), je précise : le film et les images sont superbes, il n’y a rien à dire sur la réalisation, mais qu’est-ce que c’est long ! J’avais l’impression d’avoir passé la nuit entière au cinéma lorsque j’en suis sorti…

  2. Seb dit :

    très bon article, cela dit !

  3. Richard dit :

    Bonjour Constance,

    Moi qui au vu le film, y a-t-il intérêt à lire la nouvelle !

    J’ai trouvé ton analyse très intéressante !

    Bonne journée

    • constance93 dit :

      merci Richard 🙂
      oui, il y a un intérêt à lire la nouvelle : comme je le dis dans ma chronique, le film et la nouvelle sont vraiment différents l’un de l’autre. il y a même transposition du moment : dans la nouvelle, tout se passe fin XIXe – début XXe tandis que dans le film nous sommes sur la seconde moitié du XXe.
      à bientôt.

  4. morgouille dit :

    Je n’ai pas encore vu le film, mais la nouvelle m’avait laissé un sentiment de trop peu. L’auteur ne fait qu’évoquer les faits, j’ai attendu la vraie entrée en matière… en vain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s