Les yeux au ciel de Karine Reysset

Détresse, tendresse

Dans son dernier ouvrage, Les yeux au ciel, Karine Reysset nous emporte sur la côte bretonne, dans une villa familiale, Les Myosotis. Là-bas, on fête les soixante-dix ans de Noé, et c’est l’occasion pour ses quatre enfants séparés par le temps et ses six petits-enfants parfois inconnus de se réunir.

On rentre dans l’histoire intime de chacun, et ces histoires forment l’histoire familiale qui, peu à peu, se recentre sur un secret enfoui depuis trente ans. Ils vivent des situations communes – fatigue, souffrance, doute, prise de conscience, et pourtant leurs destins nous prennent à cœur. On entre dans la souffrance du demi-frère, jamais vraiment accepté dans la famille, dans la fatigue de Lena qui s’occupe de ces deux enfants exténuants, dans la tête de Merlin, qui grandit enfin et refuse de garder son étiquette d’éternel enfant que ses parents voudraient lui laisser ou encore dans l’indécision de Stella face à l’enfant qui grandit dans le ventre de sa compagne.

C’est avec douceur que l’on pénètre dans l’univers de cette famille un peu morcelée et réunie le temps d’un week-end. L’écriture de Karine Reysset est tranquille, même quand il s’agit d’évoquer un mal-être : « un crabe pinça le coeur de Scarlett » (p63), « ses peurs étaient revenues au galop » (Stella, p89), « ces derniers mois, [Lena] avait des bouffées, des pulsions, des crises, elle ne savait comment les nommer. (…) Pourtant, elle n’était pas malheureuse, n’avait aucune raison de l’être » (p11). Entre les rires d’enfant et les retrouvailles, il est question de la douleur intérieure.

La famille est grande, et chacun est une voix dans le roman, des triplés d’Achille à Marianne, la grand-mère. Certains ont plus d’importance, comme Scarlett dont la sensibilité d’adolescente la plonge dans des découvertes et des conflits. C’est elle qui va ressentir l’existence d’un « fantôme » dans le coeur de ses grand-parents chez qui elle vit, et de la disparition de cette ombre quand elle est auprès d’eux, vivre une étrange amitié secrète avec un adulte et elle encore qui va être au centre du conflit entre son père Merlin et ses grand-parents Noé et Marianne. On s’arrête également sur d’autres personnages comme Lena ou Achille. Entre passé et présent, les intrigues se mêlent pour au final reconstituer le tableau d’une famille et de ses relations. Les secrets se confient d’une personne à l’autre, le père, la soeur, le beau-frère, tandis que d’autres se tendront la main sans même se poser de questions.

Le temps d’un week-end, la réunion de famille va nous montrer un passé difficile, des secrets bien gardés et un présent en mouvement. Ce sont les relations humaines qui vont se mettre en place dans le récit qui vont être poignantes, tandis que l’écriture de Karine Reysset va nous retranscrire de manière très douce une histoire d’arrivée et de départ, d’abandon et de retrouvailles, de douleur passée et de promesses futures. Un livre entre détresse et tendresse qui en séduira certainement plus d’une…

Les yeux au ciel

de Karine Reysset

ed de l’Olivier

3 Mars 2011

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 2 bien, bien, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Les yeux au ciel de Karine Reysset

  1. Anne dit :

    Ca a l’air bien ! Je note !

  2. Richard dit :

    Est-ce que ta dernière phrase … au féminin … exclut « la gente masculine » ???
    Bonne lecture
    Amitiés !

  3. Valerie dit :

    J’ai été un peu frustrée par cette lecture car je suis restée sur la faim, comme si Karine Reysset n’avait pas fini son roman. L’histoire de la petite fille battue reste un peu en plan et c’est dommage car j’ai aimé atmosphère et personnages.

  4. Isa dit :

    Tu en parles très bien. Déjà qu’il me tentait, tu ne fais qu’enfoncer le clou !

  5. Ping : Les yeux au ciel- Karine Reysset | mademoiselleorchidee

  6. j’ai adoré ce roman!

  7. Ping : Les yeux au ciel « Skriban

  8. Elise dit :

    Un livre agréable, on y retrouve l’atmosphère des romans d’Olivier Adam, son compagnon. Personnellement j’ai préféré A ta place et Comme une mère, ses précédents romans. Comme tu le disais, une lecture parfaite pour un jour de détente…

  9. Anne dit :

    Je vois dans les commentaires que Karine Reysset est la compagne d’Olivier Adam… je dois encore découvrir l’univers de cet homme-là. Je viens de lire Les yeux au ciel, j’ai bien aimé mais je suis un peu sur ma faim… je ne suis pas sûre qu’il me laissera de grands souvenirs…

    • constance93 dit :

      je n’en ai presque plus aucun, et pourtant ma lecture ne date pas tellement.
      je préfère l’univers d’Olivier Adam, il y a une réelle sensibilité et une plume de véritable écrivain dans ses romans…

  10. Avalon dit :

    J’aime beaucoup Karine Reysset je viens tout juste de finir son roman. Un coup de coeur mais il manquait tout de même des petites choses : un peu plus de développement (notamment l’histoire des triplés même si nous pouvons deviner la suite), un changement de narration adapté à chacun des personnages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s