L’oeil du témoin de Carole Martinez

Une toute petite lecture jeunesse aujourd’hui, juste pour se détendre et découvrir Carole Martinez dans un autre genre : le roman policier jeunesse.

Alors, la retrouve-t-on cette Carole Martinez à la si belle écriture découverte avec Le Coeur Cousu ? Oui et non, je dirais. L’oeil du témoin est un livre jeunesse, pour les jeunes ados, et l’auteur a adapté son écriture en conséquence. Plus simple, plus fluide, plus conventionnelle.

L’intrigue est elle aussi celle que l’on peut attendre dans les romans policiers jeunesse : la bibliothécaire du village est assassinée dans une plaine alors le jeune narrateur (Noé, treize ans) regarde par là avec sa lunette. Avec une jeune parisienne de son âge (Vague, de son vrai nom Nathalie), ils sont les seuls témoins et décident ensemble de retrouver ce meurtrier, tandis que la police commence son enquête et que le club du 3e âge commence à accuser sauvagement n’importe qui. Direction la bibliothèque où tout semble avoir commencé…

Rien de très original, mais l’enquête qui se joue entre les trois parties est bien tournée, même si l’on sait d’avance que ce sont les deux enfants qui vont retrouver le meurtrier. On ne se doute pas de qui cela peut être même si les fausses pistes sont peu convaincantes : l’intrigue est tout ce qu’il y a de plus normale dans les romans policiers destinés à la jeunesse.

Les caractères des personnages et les éléments secondaires sont quant à eux plus travaillés et apportent une légèreté certaine au récit, que ce soit les histoires de coeur de Noé ou la personnalité bien trempée de sa grand-mère. Les anecdotes à propos d’elle sont hilarantes et ses actions et ses idées sont pleines d’inventivité et d’espièglerie. Un personnage à ravir !

Mais où est Carole Martinez ? Derrière tout ça, j’imagine. Peut-être dans l’idée d’enfermement évoquée au cours du récit par Noé, ou dans la rencontre avec les parents de Noé, aveugles, ou encore dans le fait que tout se passe dans un village reculé… Par petites touches, on retrouve le talent qui nous a charmé dans Le Coeur Cousu. Pas du tout au même niveau, le changement de genre et de tranche d’âge semble tout modifier, mais c’est véritablement un livre que je conseille aux adolescents de onze ou douze ans. Je vais le passer à mon cousin qui a cet âge là d’ailleurs : tout le monde devrait pouvoir profiter de la plume de cette auteure fabuleuse.

L’oeil du témoin

de Carole Martinez

ed Rageot

collection Heure Noire

6 Avril 2011

Advertisements

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 2 bien, bien, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’oeil du témoin de Carole Martinez

  1. Richard dit :

    Bonjour,
    Ça, c’est très intéressant !
    Je vais surement le conseiller dans les écoles que je vais visiter.
    Mais, malheureusement, il n’est pas encore disponible au Québec.
    Ma douce moité avait adoré « Le coeur cousu » … que j’avais reçu en cadeau d’une gentille jeune Française !!! À moi, maintenant, de le lire …
    Bonne journée

    • constance93 dit :

      j’attends ton avis !
      beaucoup d’auteurs adultes publient pour la jeunesse (il n’y a qu’à regarder les publications de L’école des Loisirs, par exemple). je trouve ça intéressant et étrange : qu’est-ce-qui pousse un écrivain « pour les adultes » à écrire pour les enfants ou pour les ados ? quelles différences dans le choix et le traitement des thèmes ? dans l’écriture ? …

      • Vautrin Marc dit :

        Dans le cas de Carole Martinez, elle a écrit « le cri du livre  » (première édition de « l’oeil du témoin, paru chez Pocket jeunesse) en 1998, soit avant ses romans « adultes ».

  2. Lolipop dit :

    dites comment se finit le livre car j’ai dut le rendre et je voudrais vraiment savoir

    • constance93 dit :

      ah non, je ne répondrai pas à cette question, réemprunte-le ! on ne révèle pas la fin d’un livre, et surtout pas sur une page publique : on risque de gâcher la lecture des lecteurs potentiels qui arriveraient par ici et se laisseraient convaincre !
      tu n’as pas moyen de le ré-emprunter ? même à quelqu’un d’autre ou à la bibliothèque ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s