Corniche Kennedy de Maylis de Kerangal

Au sommet de la jeunesse et de la précision

Corniche Kennedy est le troisième roman de Maylis de Kerangal, également nouvelliste (Ni fleurs ni couronnes, ed Minimales, 2006). Reconnue pour son Naissance d’un Pont paru en 2010, on retrouve dans Corniche Kennedy son écriture singulière et sa vision de la société occidentale.

Nous sommes ici sur « la Plate » le temps d’un été, auprès d’une bande de jeunes, « les petits cons de la corniche ». Ils sautent du Cap à trois mètres, sept mètres et plus rarement douze. Un groupe d’adolescents qui viennent passer leur été là pour échapper à la solitude étouffante de leur maison, des résidences moyennes ou des barres HLM. En sautant, ils ont la sensation d’être « accueillis soudain plus vivants et plus vastes dans un plus vaste monde ». Très vite, Eddy, Suzanne et Mario se détachent du lot. Le chef, la bourge et le gamin. Tous les trois sont de milieux différents : Eddy vit dans une banlieue résidentielle pour classes moyennes, Mario est livré à lui-même dans un HLM et Suzanne vit dans une villa au-dessus de la corniche. Leur lien se définit par l’exaltation qu’ils ressentent quand ils sautent, fier de braver l’interdit et d’échapper au monde un instant.

En face, Sylvestre Opéra les surveille de son bureau de police, en haut d’un immeuble, entre fascination et horreur. Il a reçu la charge de les arrêter. Sauter est dangereux. Enivrant, exaltant, (Eddy affirme : « quand je saute, j’hallucine, je me disloque, je deviens gigantesque ») mais dangereux et, depuis le décret du maire, interdit. Mais le commissaire à d’autres problèmes, qu’ils estiment bien plus importants, à traiter : trafic de drogues, prostitution, mafia, meurtre…

Cependant, tout s’accélère et c’est finalement une véritable lutte qui s’engage entre la bande de la Plate et la police, qui agit sous l’impulsion de la municipalité. Corniche Kennedy est un roman qui nous raconte la jeunesse, ses difficultés et la manière dont elle est perçue et réprimée par la société.

Au-delà de ce regard sur la société dont la ville de Marseille se fait le microcosme et les jeunes les désillusionnés et les désespérés, c’est encore une fois l’écriture de Maylis de Kerangal qui nous touche. A l’image des sauts sur la corniche des adolescents, les phrases de Maylis de Kerangal se lisent d’un souffle. Les mots forment un véritable appel aux sensations fortes, extérieures (les sauts) et intérieures (les sentiments). Ils nous poussent, sifflent à nos oreilles, nous brisent. C’est un travail de ciselage et de découpage qui forment un ensemble puissant et nerveux.

De scène en scène, l’intrigue qui se déroule sous nos yeux confrontent et lient les deux points de vue, celui de Sylvestre Opéra et celui de différents acteurs de la Plate, toujours sous la plume de Maylis de Kerangal qui se fait dure et sèche  dans le rythme mais aussi sensitive et sensuelle. Un très bon roman dont l’écriture le rend complexe et percutant, derrière la fraîcheur d’une jeunesse en train de la perdre.

(billet rapide, désolée, révisions de bac obligent)

Corniche Kennedy

de Maylis de Kerangal

ed Verticales

25 Août 2008

.

du même auteur : Naissance d’un Pont

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 2 bien, bien, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Corniche Kennedy de Maylis de Kerangal

  1. Richard dit :

    Et bien ! Pour une chronique écrite rapidement, ce billet fait quand même de l’effet. Je ne sais pas si je le lirai un jour mais je le note quand même.
    Quand tu recommandes un livre … la tentation est forte de suivre ta recommandation !!
    Merci Constance !!

    • constance93 dit :

      merci richard, comme je disais à Gwé, c’est particulier et je ne sais pas si je recommande vraiment. j’appelle au test, mais je crois que les ressentis face à son écriture sont différents selon le lecteur.

  2. Gwenaëlle dit :

    Ton avant-dernier paragraphe (entre autres!) a retenu mon attention et donné envie de lire ce roman qui ne m’attirait pas particulièrement jusqu’ici…

    • constance93 dit :

      Maylis de Kerangal a une écriture particulière, très travaillée, presque artificielle. c’est complexe et puissant. je ne sais pas trop moi-même où me situer par rapport à elle, donc je ne sais pas plus si ça peut te plaire. j’imagine qu’il faut tester.

  3. J’avais un peu feuilleté « Naissance d’un pont » et l’écriture m’avait rebuté. Mais le sujet de celui-ci m’intéresse davantage. A voir…
    PS: bon boulot pour les révisions et les épreuves

  4. denis dit :

    j’ai adoré ce livre dont j’ai fait une « chronique » sur mon blog il y a quelques semaines

    • constance93 dit :

      j’irai voir bientôt dans ce cas🙂
      la complexité de l’écriture de Maylis de kerangal, qui en devient presque artificielle (l’écriture, pas l’auteur, que j’ai entendu au festival Etonnants Voyageurs, et qui a l’air tout sauf ça), me bloque un peu. j’admire ce travail de précision, cet assemblage très travaillé, mais ce n’est peut-être pas le genre d’écriture qui me transporte le plus finalement…

  5. kathel dit :

    Pour un billet vite fait, il donne très envie de découvrir ce livre !😉 Bon courage pour les révisions !

  6. Gwenaëlle dit :

    Je viens de le terminer. J’ai trouvé l’intrigue légère, légère… et l’écriture certes très travaillée mais peut-être trop,au point de devenir artificielle, comme tu le dis… Ce n’est pas ce que je préfère, loin de là. Au ciselage, je préfère la fluidité… Une longue nouvelle m’aurait suffi!

  7. Chtimie dit :

    Bonjour !
    Je viens tout juste de découvrir ton blog un peu par hasard… Lire tes articles m’a donné envie de lire beaucoup de romans que je ne connaissais pas du tout. Même si ce n’est pas forcément ce que j’ai l’habitude de lire, ça m’a donné envie de les essayer. Rien que pour ça un grand Merci !
    J’ai cru comprendre que tu passais le bac… Alors bon courage !!!
    À très bientôt.

    • constance93 dit :

      merci beaucoup pour ton commentaire et l’attention que tu portes à mon blog😀
      n’hésite pas à revenir si tu lis des livres que j’ai commenté. au plaisir des échanges ! (et merci pour ton « bon courage »)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s