Le Nom de son Père, de S.Guibourgé

1/7

.

.

.

Sur les traces

 Le Nom de son Père nous emporte sur les traces de Vincent, alpiniste chevronné également amant d’Anna avec qui il vit une histoire d’amour au début du récit, mais surtout fils abandonné par son père retourné au Maroc une fois perdu son travail en France. Mokhtar fera son apparition dans plusieurs parties du récit pour offrir peut-être une clé pour comprendre l’attitude de Vincent envers la vie, envers Anna.

Celui-ci semble en effet dans une fuite perpétuelle, et Anna symbolise son éternel retour, celui vers lequel il après ces excursions et les épreuves qu’il traverse. Elle est son pilier, mais on ne sait pas s’il si tiendra jusqu’au bout et si le pilier restera en place face à la violence intérieure de Vincent.

Nous découvrons en parallèle la vie de Mokhtar dans les années 1980 en France, sa vie d’ouvrier dans une usine, ses difficultés à s’intégrer dans la société de part le couple si étrange à l’époque qu’il forme avec une française blanche et catholique, lui le musulman maghrébin, son refuge dans la boxe puis sa fuite, son retour au pays en abandonnant son fils à lui-même.

Trois récits s’entremêlent ainsi dans le roman : dans un ordre chronologique, nous suivons Anna ou Vincent de loin en loin, puis nous retournons en arrière pour connaître le destin de Mokhtar dans une alternance quasi-parfaite avec le récit d’Anna et de Vincent bien que les parties qui lui soient destinées soient beaucoup plus restreintes. Tous sont centrés sur Vincent que l’on cherche à comprendre.

Au final pourtant, nous ne savons plus trop qui suivre. Mokhtar dont la vie nous apparaît en pointillés et dont le destin nous interpelle ? Anna dont la douceur, son travail de rénovation de fresques artistiques et sa vision nous touche mais qui manque de substance ? Ou Vincent, qui reste tout le temps si obscur jusque parfois le désintérêt ? Leur vie n’a rien d’exceptionnel. Ce sont trois destins, tous très durs, qui influent les uns sur les autres. Nous découvrons que les relations entre les personnages, si ténues en apparence, possèdent une grande influence en profondeur sur chacun d’eux.

Le Nom de son père ne répond finalement pas aux attentes promises. On ne voit que très peu le fils torturé par l’abandon partir sur les traces de son père. Nous n’avons pas l’impression qu’il trouve ce nom évoqué dans le titre, le personnage préfère se perdre, changer d’identité jusqu’à ne pas se plus pouvoir se retrouver. Même quand il se met en véritable quête et qu’il commence à se découvrir autre, nous n’avons pas l’impression qu’il se trouve vraiment. Anna, qui aurait pu avoir une place bien plus importante dans le récit, n’est presque qu’une figurante apportant son récit pour approcher un personnage incompréhensible. Quant au père, on se demande finalement ce qu’il vient faire là.

Dans ce récit, finalement, les évènements s’enchaînent tout d’abord avec l’impression que nous partons sur les traces de Vincent, presque à ses côtés mais un peu en arrière, comme une sorte de compagnon de cordée, mais en réalité la corde se détache et nous nous perdons autant que Vincent, nous perdons même ses traces nous qui ne savions pas où le retrouver. Nous avonçons dans le récit comme au milieu d’une tempête de neige : perdu. Les évènements n’ont alors plus de sens malgré leur ordre chronologique et le récit perd de son intérêt. Quel intérêt de suivre la vie d’un personnage sans réussir à en tirer quelque chose, même des questions ? Quel intérêt les scènes d’amour excessives et purulentes entre Vincent et Anna ? Quel intérêt de découvrir la vie du père de Vincent, Mokhtar ? Et même, quel intérêt porte le roman tout entier ? Ils me sont dans tous les cas restés obscurs : dommage…

Le Nom de son père

de Stéphane Guibourgé

ed Stock

17 Août 2011

.

Merci à Libfly et Furet du Nord pour ce livre reçu lors de l’opération

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 4 déceptions, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le Nom de son Père, de S.Guibourgé

  1. Métaphore dit :

    Merci de nous avoir éclairé! Je n’aime pas les lectures sans aucun but!
    A bientôt🙂

  2. constance93 dit :

    dans le chaos de la rentrée littéraire, il s’agit de faire du tri en prenant les avis à droite à gauche. c’est ce que je fais de mon côté dans tous cas…

  3. Ping : Délivrer Des Livres » Challenge 1% Rentrée Littéraire 2011

  4. dan29000 dit :

    J’aime beaucoup votre blog, mais ne suis pas du tout en accord avec votre article sur ce superbe roman de Stéphane Guibourgé. Je finis ce dimanche d’écrire mon article sur mon blog « danactu-resistance », il devrait sauf imprévu être en ligne dès mardi…

  5. Ping : Délivrer Des Livres » Challenge 1% Rentrée Littéraire 2011 – Les participants et les titres

  6. Ping : Délivrer Des Livres » Challenge 1% Rentrée Littéraire 2011 (Article 3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s