J’ai nom sans bruit, d’Isabelle Jarry

L’envers du décor

La narratrice de ce récit s’appelle Marie. Au début du récit, elle se réfugie dans une maison de campagne inhabitée depuis des années pour fuir la rue. Son histoire, de la mort de son époux à la dégringolade qui a suivi, nous la découvrons petit à petit, dans le silence de ses souvenirs. On observe la surprise d’une femme face à cette perte d’elle-même qu’elle effectue : « j’étais une ombre condamnée aux zones d’ombre, une créature errante et misérable, un rebut tombé en disgrâce dans la laideur de l’envers du décor ». Où est passé la passionnée de poésie médiévale ? La poète ? L’épouse et la mère aimante ?Celle qui n’attachait pas d’importance au matériel ?

J’ai nom sans bruit n’est cependant pas un simple récit de dégringolade jusque dans les bas-fonds de la société. Si nous vivons les conséquences de  cette destruction constante, c’est aussi à une reconstruction, ou du moins à une lutte pour se reconstruire, à laquelle on assiste dans l’esprit de la narratrice. Elle se bat. Pour Niza, sa fille, mais aussi pour elle-même. Les souvenirs heureux, qui n’étaient que des fragments d’une époque maintenant révolue, réapparaissent pour lui donner la volonté de vivre mieux, de sortir de la rue et surtout de récupérer Nisa. Mais peut-on ressortir indemne de plusieurs mois passés dans « la camisole de l’isolement » ?

C’est dans ce combat dont les opposants se dessinent peu à peu, l’amour d’une mère et sa volonté farouche d’un côté, la solitude et l’oubli de l’autre, que la narratrice s’installe dans la maison de campagne des grand-parents de Philippe, son époux disparu. La seule parade qu’elle ait trouvé à la rue. Elle a l’espoir de s’y reconstruire tout en découvrant à quel point tout ce qui la définissait a disparu. Et cette incohérence lexicale du titre prend alors tout son sens et et toute sa beauté, tout comme l’écriture d’Isabelle Jarry, qui est toute plongée dans la sensibilité de la langue, révélant ses limites et sa richesse. C’est aussi une réflexion sur celle-ci, sa richesse, son altérité, sa nécessité, que propose l’écrivain à travers son personnage poète. Un très beau récit dans lequel « on traverse sans s’en rendre compte ce que l’on croyait être le bout de l’abîme ».

J’ai nom sans bruit

d’Isabelle Jarry

ed Stock

25 août 2004

(aussi en poche chez Folio)

.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Carver, Raymond : Débutants

Eddie, Christine : Les Carnets de Douglas

Vigan, Delphine de : Les Heures Souterraines

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 2 bien, bien, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour J’ai nom sans bruit, d’Isabelle Jarry

  1. Anne dit :

    Si tu fais référence à Delphine de Vigan, je craque bien sûr (d’autant qu’il est en Folio). Non, j’exagère, je n’avais même pas attendu cette référence pour être intéressée.

    • constance93 dit :

      ça y ressemble, avec les personnages au bord du gouffre qui tombent et luttent en même temps, et en même temps c’est très différent. c’est une autre plume et une autre sensibilité, auxquelles j’ai été très touchée. enfin, tu verras🙂

  2. gambadou dit :

    je l’avais déjà vu mais pas noté sur ma liste, c’est chose faite. Je vais même essayer de me le procurer dès demain à la bibliothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s