La double vie d’Anna Song, de Minh Tran Huy

Une imposture musicale

Au moment de son décès, Anna Song défraye la chronique : au crépuscule de sa vie, son talent est enfin révélé grâce aux efforts de son mari et producteur Paul Desroches. Atteinte d’un cancer, la virtuose a enregistré plus d’une centaine de disques en studio, encouragée par son époux qui a distribué les enregistrements à la presse spécialisée. Leur succès dans la presse est visible dans le roman même à travers les articles que Minh Tran Huy insère. Bientôt, leur ton change : cette oeuvre gigantesque ne serait qu’une mascarade, « la plus grande pianiste vivante dont personne n’a jamais entendu parler » n’a pas enregistré les morceaux mais se serait approprié l’oeuvre de grands virtuoses parfois méconnus.

De là part l’histoire de Minh Tran Huy. D’articles de journaux, seule accroche à la réalité qui l’a inspirée, elle imagine les motivations des acteurs d’un plagiat exceptionnel dans toute l’histoire de la musique classique. Réel ? Fictionnel ? Les coupures de presse insérées sèment déjà le doute.

Du doute sur l’authenticité des enregistrements  dans la fiction  et de celui sur la réalité du récit (imagination d’un écrivain ? fait réel romancé ?), on en vient à douter de l’histoire elle-même, de ses fondements. On se sent berné dans cette histoire racontée à rebours. La réalité telle qu’elle a été perçue avant puis après l’imputation de plagiat est-elle celle que l’on pense ? La presse, les médias et la subjectivité d’un narrateur, qui plus est auteur du plagiat, correspondent-ils à la réalité ?

Pourtant, on se prête à sa beauté, on se laisse emporter par elle. L’imposture, la falsification de l’interprétation des plus beaux morceaux de musique de l’humanité, est déjà brillante dans sa réussite et dans la manière dont elle a été construite. Les motivations qui sont ensuite imaginées par l’écrivain le sont tout autant. On découvre des motifs profondément humains à la source de cette tromperie mondiale. L’argent ne peut l’expliquer, et c’est ailleurs que l’on veut trouver l’origine de cet acte intolérable et grandiose.

On ne sait plus où est l’illusion dans le roman de Minh Tran Huy. Dans les mots qu’elle choisit, dans la construction à rebours de son récit, dans l’intrigue qu’elle créé : tout est fait pour nous tromper, mais l’ensemble nous charme. Bercé de poésie et d’émotion, les mots nous marquent. C’est un hymne à la musique (classique), à la vie, à une personne (l’être aimé), à une famille (celle, exilée, d’Anna), à un pays (le Viêtnam), au talent (la virtuosité que l’on rencontre partout et que l’on révèle jusque dans le plagiat), à l’art, au rêve, à l’espoir et à l’éloge lui-même. La réalité est triste, mais les fictions qui se construisent au fil du récit la métamorphose. Elles lui donnent la beauté que le destin a refusé d’offrir à la pianiste et à son amant. Et si le mensonge n’était qu’un moyen de rendre le monde plus beau, plus acceptable ?

Une belle découverte suite aux nombreux billets élogieux rencontrés sur la blogosphère.

La double vie d’Anna Song

de Minh Tran Huy

ed Actes Sud

10 novembre 2009

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article, publié dans 2 bien, bien, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La double vie d’Anna Song, de Minh Tran Huy

  1. Anne dit :

    J’ai déjà lu quelques billets dans le cadre du challenge Des notes et des mots. Tu tapes un nouveau coup de marteau (de piano) sur le clou🙂

    • constance93 dit :

      ton challenge a amené beaucoup de lecteurs à découvrir ce roman et à partager leur lecture, donc indirectement et même si je n’y participe pas, c’est ton challenge qui m’a fait découvrir ce livre😉

  2. geraldinecoupsdecoeur dit :

    Ton billet reprend parfaitement la magnificence de ce roman grandiose, où le bluff est encore plus fort que l’imposture ! Un énoooorme coup de coeur pour moi !

    • constance93 dit :

      merci pour le compliment🙂
      c’est un roman qui me marquera bien plus longtemps que d’autres, car sa construction est savante et la plume travaillée mais l’émotion passe malgré tout sans que cela paraisse artificiel. peut-être parce que face à un si magistral coup de bluff, on ne peut qu’être impressionné, surtout quand l’auteur y mêle la beauté des intentions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s