Une Collection très particulière, de Bernard Quiriny

Ce qui aurait pu être si le monde avait été drôle

Pierre Gould, on ne le connaît pas forcément quand on ouvre Une Collection très particulière, le dernier recueil de nouvelles de Bernard Quiriny. Quand on a découvert sa bibliothèque extravagante et ses voyages dans des lieux improbables, on peut tout juste le considérer comme « invraisemblable ». Peu importe, car Bernard Quiriny n’a pas l’air de se préoccuper tant de cela. Il semble trop s’amuser à nous raconter ses séances de bibliophilie avec Gould, à retranscrire les descriptions de villes  que celui-ci lui confie ou à établir le tableau de « notre époque », d’une autre époque.

C’est bien sûr oublier que l’auteur n’est pas le narrateur, et que son travail d’inventeur couplé à son sens de l’humour le place presque au niveau de son héros qu’il idolâtre. L’ineffable Pierre Gould comme double multiforme de l’auteur lui-même, c’est une hypothèse intéressante pour analyser Une Collection très particulière

Ce n’est heureusement pas cette ambiguïté entre un narrateur écrivain médiocre et un génial dandy excentrique capable de flairer la littérature à deux kilomètres  qui nous interpelle dans ces récits, mais l’inventivité et l’humour dont fait preuve leur auteur. Bernard Quiriny n’invente pas un livre, il en créé des milliers qu’il dispose dans la bibliothèque de son héros excentrique, livres qu’on ne pourrait jamais rencontré ailleurs. Il offre à l’histoire littéraire un pan halluciné peuplé de livres qui tuent, de textes qui s’écrivent ou s’effacent tout seuls, de manuels de cuisine aux recettes impossibles à réaliser, de livres gigognes, d’autres qui ennuient à la perfection et autres chefs-d’œuvre méconnus de la littérature, toujours pour le plus grand plaisir de nos zygomatiques.

Entre les séances de bibliophilie que Gould délivre à son admirateur éperdu, le récit de ses visites de villes est tout aussi fantastique : l’absurde n’est jamais loin, et derrière la beauté apparente d’une ville totalement silencieuse ou d’une autre où l’on dort un jour sur deux, il y a facilement quelque chose de glaçant qui apparaît. A la fois description, anecdote et récit, les villes imaginées sont vues sous un angle à la fois personnel et géographique, et avant tout dans tout leur potentiel comique.

L’invention de « notre époque » part encore plus loin dans la fantaisie. Voilà que les corps s’échangent au cours de l’acte sexuel, l’identité se transforme chaque jour ou encore les réalités possibles se rejoignent en une seule dans un chaos mondial. Là encore, les rêves de la société actuelle (jeunesse éternelle, seconde vie, extension du territoire mondial…) sont passés au crible du regard lucide du narrateur. Leur absurdité et leurs dangers apparaissent au fil des situations impossibles – et hilarantes – que Bernard Quiriny nous raconte.

Rien n’est jamais sérieux dans Une Collection très particulière, mais l’incongruité des situations et l’ironie de l’auteur nous amène à voir autrement nos rêves, la littérature et l’humanité, c’est-à-dire avec beaucoup d’humour et de détachement.

Une Collection très particulière

de Bernard Quiriny

ed du Seuil

1e Mars 2012

 

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article a été publié dans vrac. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Une Collection très particulière, de Bernard Quiriny

  1. Le personnage de Gould apparaissait déjà dans le premier recueil de nouvelles de l’auteur, « Contes carnivores », que j’avais assez bien aimé. Je compte bien lire celui-ci aussi.

    • constance93 dit :

      Contes Carnivores est dans ma bibliothèque, je n’ai pas encore pris le temps de le lire mais je devrais le trouver bientôt, j’ai bien aimé le sens de l’humour de l’auteur 🙂

  2. Thomas dit :

    Bel article, j’ai très envie de le lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s