Les Apparences, de Gillian Flynn

Quand les apparences se font trompeuses

Cinq ans de mariage pour Nick et Amy. Un couple aimant comme pas deux, sauf qu’Amy disparaît de la circulation le jour de leur anniversaire de mariage, laissant un salon saccagé qui ressemble fort à une scène de crime. Enlèvement d’un des admirateurs de « l’épatante Amy », la jeune femme ayant inspiré à ses parents une série de livres pédagogiques devenue best-seller américain ? Ou pire ? Personne ne sait trop, et comme de bien entendu, Nick est le principal suspect dans l’affaire.

Une descente aux enfers pour cet homme qui ne sait pas montrer ces sentiments et sort pour s’en sortir un sourire de façade absolument pas de circonstances. Il faut avouer qu’il fait le coupable idéal, sans alibi, avec un mobile (une dispute la veille et une mauvaise passe dans leur couple), et puis surtout une tête qui ne va pas à celle du mari complètement perdu, qui cherche à résoudre les énigmes qu’Amy lui a laissé pour qu’il découvre, comme chaque année, le lieu où elle a mis son cadeau. C’est sa seule piste, mais elle le conduit exactement là où il ne devrait pas aller.

En parallèle, nous avons accès au journal d’Amy qui retrace leurs cinq années de mariage, de son point de vue. Un exercice littéraire barbant pour cette personne qui se croit écrivain. Elle semble plagier le style plat et le ton éducatif des romans paraboliques de ses parents. C’est ennuyant, on n’apprend rien sinon qu’elle offre une image de Nick fort déplaisante. Si jamais le journal était retrouvé, la culpabilité de Nick ne ferait plus aucun doute ni pour les médias ni pour la police. En attendant, aucun suspect ne semble se laisser voir, aucune trace, aucun indice, et toutes les suspicions de Nick mènent à des impasses. Cette première moitié du récit n’est pas fascinante pour un sou. On a du mal à rentrer dans cette histoire de couple qui ne se comprend pas et se contredit sans cesse.

Elle ne fait que préparer la suite du récit, quand on a accès à l’autre journal d’Amy et que les charges contre Nick s’accumulent à n’en plus finir. On découvre alors des personnages machiavéliques qui ont manipulé Nick et le lecteur pendant un long moment et contre qui rien ne semble possible tellement leur plan est monté jusque dans les moindres détails. On n’attend jusqu’à la fin que ça dérape, espérons, paniquons, et en même temps nous nous laissons impressionner par la force perverse des personnages.

Ce n’est sans doute pas le polar du siècle, mais il y a ce retournement au milieu qui fait qu’on finit par crocher avec cette histoire quelque peu rocambolesque et un brin effrayante. Les Apparences, ou comment admirer un coup monté de la première à la dernière page.

Les Apparences

de Gillian Flynn

trad. d’Héloïse Esquié

ed. Sonatine

15 août 2012

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article a été publié dans 3 partagés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Apparences, de Gillian Flynn

  1. J’aime bien les coups montés, je n’ai encore rien lu de cet auteur… mais est-ce son meilleur titre ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s