L’art de l’insulte (anthologie de littérature)

L’insulte dans toute sa splendeur

Elsa Delachair s’est lancée voilà quelques années dans un projet délirant et titanesque : composer un florilège des meilleures insultes en littérature. Les textes choisis et rassemblés sous le titre de L’Art de l’Insulte aux éditions Inculte et maintenant en poche chez 10/18 sont d’une saveur particulière. Sans compter les éclats de rire que la vulgarité – fine, précise, efficace – ne peut réfréner, le talent des écrivains à utiliser l’insulte populaire pour en faire un véritable art séduit et impressionne. Que ce soit dans un dialogue, une poésie, une description ou une lettre, l’insulte a bonne mine.

On en vient à se demander si c’est le maître qui fait de l’insulte un art, ou bien si l’insulte ne serait pas un art dont s’emparent les écrivains pour créer leurs chefs d’œuvre. Fleurie, belle, subversive, violente, drôle, riche, ironique, libératrice, l’insulte est toute une syntaxe en plus d’être tout un vocabulaire. C’est un langage dont les maîtres de la littérature s’emparent à toutes les époques. D’Aristophane à Jarry en passant par Molière – pour ne citer que des auteurs de théâtre parmi les romanciers, poètes, épistoliers, diariste et inclassables présents, les insultes sont à la fois semblables et différentes. Elles ont le même pouvoir de nous faire rire de la tragique réalité (une scène de ménage ou un débat vide de sens dans lequel seule la richesse lexicale et la vivacité des invectives a de l’intérêt, par exemple), tout en utilisant des moyens différents selon l’époque et les choix du dramaturge. L’insulte évolue sans cesse, elle change de forme d’un genre à l’autre et surtout d’un écrivain à l’autre. L’art de l’insulte est rempli de nuances, de tendances et de tons différents. Tous ont leur force et sont savamment choisis par nos écrivains favoris, que ce soit Zola ou Baudelaire, Molière ou Louis Pergaud, Pierre Louys, Scarron, Erik Satie, Albert Cohen, Edmond Rostand, Shakespeare, Aragon, Céline… Les plus grands ont leur place, des plus célèbres aux méconnus : l’insulte littéraire n’est pas un art très reconnu lui-même, et on peut comprendre que nous n’ayons pas encore su apprécier certains de ses éminents représentants, comme Werner Schwab, André Chénier, Jean-Christophe Menu, Francisco de Quevedo ou Olivier Salon (mais peut-être est-ce mon manque de culture qui a fait que j’ignorais leur prose ou leurs vers – ignorance réparée grâce à L’art de l’insulte !).

Chacun sélectionne, compose, invente, créé des insultes différentes. C’est aussi cette diversité qui fait la richesse de cette anthologie et qui révèle que l’insulte est un art utilisé et développé par les écrivains. Ce n’est pas que nous ne savourons pas le côté subversif de la chose, mais ce qui impressionne le plus est la force des insultes dans les textes qui nous sont offerts. Il faut dire qu’ils sont agencés avec beaucoup d’intelligence et d’humour au sein de l’anthologie, et que les titres de séquences sont particulièrement bien choisis, avec beaucoup d’inventivité et de discernement.

Un recueil riche d’humour, de mépris, de fantaisie, d’injures et de littérature : tout un art à découvrir ! A se procurer d’urgence, ou bien vous n’êtes que des « diteux, brechedens, plaisans rousseaux, galliers, chienlicts, averlans, limessourdes, faictnéans, friandeaux, bustarins, talvassiers, riennevaux, rustres, challans, hapelopins, trainneguainnes, gentilz flocquets, copieux, landores, malotrus, dendins, baugears, tezés, gaubregeux, goguelus, claquedens, boyers d’etrons, bergiers de merde, et aultres telz epithetes diffamatoires » (Rabelais, in Gargantua), sinon tous les noms communs, périphrases et épithètes présents dans ce recueil (et je vous promets qu’il y en a dont vous n’aimeriez pas être traité).

L’art de l’insulte

anthologie réalisée par Elsa Delachair

ed Inculte

18 août 2010

également en poche chez 10/18 :

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article a été publié dans 1 coups de coeurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour L’art de l’insulte (anthologie de littérature)

  1. gambadou dit :

    Génial ! et en plus en poche ! Je cours l’acheter !

  2. Fransoaz dit :

    Tu es passée maître pour débiter des noms d’oiseaux, je n’en prendrai pas ombrage!
    Ça me fait penser aux joutes oratoires où deux équipes s’affrontent pour lancer les plus belles insultes, tout ça en breton, c’est savoureux et pas seulement pour les initiés!
    En attendant c’est un livre qui retient aussi mon attention.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s