L’interprétation des peurs, de Wulf Dorn

Un thriller au coeur de la psychanalyse

Tout commence lorsque Ellen Roth, psychiatre de talent, rencontre une patiente
anonyme en état de choc qui a été internée dans son service. Cette femme lui affirme être en danger, harcelée par un homme qu’elle appelle le croque-mitaine. Elle disparaît le lendemain et il est impossible de retrouver une trace de son passage.

La psychiatre, seule persuadée de la réalité du danger, part à sa recherche dans une enquête pleine de rebondissement dans laquelle elle-même se retrouvera en danger. Elle sera manipulée, confrontée à la peur, la violence et la paranoïa par un être qui la menace sans se révéler à elle. Très vite, personne ne la croit et elle est isolée dans sa course contre la montre pour découvrir qui est celui qui s’en prend à elle et menace de tuer l’inconnue si elle ne découvre pas qui il est et pourquoi il s’en prend à elle.

C’est un savant jeu macabre dans lequel l’individu est de plus en plus isolé et pris de doute. La brillante psychiatre ne semble plus capable de faire la part entre la distance du médecin et l’implication humaine, les bons et les mauvais, la réalité et le rêve. Elle est perdue quelque part dans sa recherche, guidée par des rêves qui l’amènent là où elle ne voudrait pas aller.

Le suspense est très intense d’un bout à l’autre de ce récit dont l’enjeu devient peu à peu la vérité, la connaissance de soi et des autres. Le danger se révèle sous plusieurs formes : les peurs d’un enfant envers le croque-mitaine, la violence d’un homme sur une femme, la menace, l’enfermement, l’ancienne manière de traiter la folie par électrochoc et bains gelés forcés… Les conséquences sur le psyché d’Ellen sont particulièrement remarquables : confusion, perte de repères et de confiance envers les êtres qu’elle connaît, sentiment de persécution, d’urgence, troubles du sommeil, rêves perturbants… En même temps, la psychiatre garde un sang-froid tel qu’elle continue dans sa recherche du croquemitaine et de la femme disparue.

Tout ne s’éclaire qu’à la fin, alors que tout ce qui avait été imaginé se confronte à la réalité. Nous sommes surpris devant la résolution de cette intrigue et personne n’en sort indemne. Malgré des personnages secondaires un peu flous et quelques facilités tant dans l’intrigue que dans ses résolutions, le suspense et la révélation sont tels qu’on sort assez convaincu de ce thriller psychologique qui se tient et surtout, nous tient d’un bout à l’autre.

L’interprétation des peurs

de Wulf Dorn

trad. de Joël Falcoz

ed Le Cherche Midi

3 mai 2012

A propos constance

Constance est une étudiante bretonne de 20 ans. Elle tient ce blog depuis 3 ans et se dit passionnée de littérature en tous genres même si elle lit plutôt des romans. petiteslecturesentreamis@hotmail.fr
Cet article a été publié dans 3 partagés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s